top of page

Chiron




Trop gros pour un astéroïde ou une comète et trop petit pour une planète (environ 200 kilomètres de diamètre), Chiron a été rejeté dans l'une comme dans l'autre catégorie astronomique. Une première synchronicité très subtile aux yeux de l'astrologie qui établit des correspondances entre l'astronomique, le mythologique et le symbolique.




Chiron a été nommé centaure, une nouvelle catégorie de corps mineurs dont les orbites vont au-delà de la ceinture d'astéroïdes, c'est-à-dire entre les planètes extérieures.



De cette catégorie, Chariklo serait le plus grand, avec un diamètre de 302 kilomètres.


Bien que Chiron ait été découvert il y a longtemps, le 18 octobre 1977, rétrograde et au 3e degré du Taureau, il a fallu du temps pour lui attribuer ses caractéristiques de centaure. De nombreuses informations ne sont toujours pas précises, comme son diamètre et la présence très possible d'anneaux.


Un autre fait important est que l'orbite de Chiron présente de grandes variations entre le périhélie et l'aphélie. Il pénètre dans l'orbite de Saturne et s'étend au-delà de celle d'Uranus. En d'autres termes, nous pourrions le considérer comme un messager, un intermédiaire qui transmet le visible à l'invisible (et vice-versa), le personnel et le structurel de l'identité au transpersonnel et à l'évolution de la conscience collective. Passionnant.


Son orbite autour du Soleil est d'environ 50 ans.




À savoir, Saturne n'est pas la seule planète à avoir des anneaux, toutes les planètes extérieures en ont aussi. Cela a une profonde signification astrologique que nous explorerons à un autre moment.


On ne peut exclure une ressemblance historique entre Pluton et Chiron, tous deux victimes d'incertitudes qui ont entraîné des changements, des rejets et des modifications de leur identité astronomique. Nous y reviendrons en temps voulu.


Nous avons donc une première résonance symbolique qui, curieusement, ressemble à son contexte mythologique.


Ce contexte est très Poissons, en le sens qu'il n'y a pas de clarté (comme c'est souvent le cas avec les événements mythologiques) sur les différents événements de l'histoire de Chiron.


Cronos, qui erre sur la Terre à la recherche de Zeus, tombe amoureux de Philyra, une Océanide, une nymphe (divinité mineure féminine) fille d'Océan.


Qu'il s'agisse d'un amour non partagé ou d'une relation de tromperie (de Cronos envers Rhéa, son épouse), Philyra se transforme en jument pour échapper à Cronos, qui se transforme en cheval et réussit à copuler avec elle. Rhéa apparaît, bien sûr, et Cronos s'enfuit, tandis que Phylira se réfugie dans les montagnes du Palasgos. Elle y met au monde Chiron, mais à sa naissance, elle répudie son apparence monstrueuse mi-homme, mi-cheval, l'abandonne et s'enfuit. Honteuse de sa vie, elle demande à être transformée en tilleul.

Une triste histoire qu' aucun fils, aucune fille ne voudrait vivre.



Il semblerait que Cronos n'ait jamais connu son fils, pour qui l'absence du père est absolue, tandis que le rejet et l'abandon de la mère est à l'origine de la fameuse blessure de Chiron, la plus profonde.



Bien sûr, l'histoire de la conception de Chiron elle-même, qu'il s'agisse du viol, de la liaison "extra-conjugale" (porteuse de culpabilité, de peur et de secrets), de l'expérience de la grossesse très douloureuse et isolée, jusqu'à la naissance qui est le début d'une vie qui émerge au sein d'un abandon absolu, d'un rejet profond, tous deux constitutifs de la blessure initiale, n'est pas anodine.


Ce n'est pas peu de choses.


Heureusement, Chiron est élevé par Apollon et Artémis, qui lui apprendront l'art, la médecine, et bien d'autres choses encore. Progressivement, Chiron développe une grande maîtrise. Il développe une grande sagesse sur tout ce qui entoure la capacité de rendre malade tout comme celle de guérir, l´art de la conquête, la musique, la lecture des oracles, l'artisanat, la chasse, les sciences en général, mais surtout l'herboristerie, l'astronomie. D'un point de vue moderne, Chiron était à la fois un scientifique, un érudit, un sage, un guérisseur et un chaman.


Il développa de telles compétences qu'il devint Maître des Maîtres, où de nombreux personnages mythiques lui demandèrent de leur enseigner ou d'enseigner à leurs enfants, dont plusieurs connus comme Jason, Achille, Pélée, Asclépios (fondateur de la médecine), Ayax, Aristeus, Actéon.



L´éducation d´Achille, 1861

Sa condition mi-cheval mi-humaine lui conférait en somme un instinct animal, une grande force motrice ainsi qu'une intelligence réfléchie et une capacité d'apprentissage propres à l'homme. Il était très différent des autres centaures, caractérisés par leurs instincts et leurs relations sauvages avec les autres.


En fait, Chiron vivait dans une grotte, isolé des autres et entièrement consacré au perfectionnement de ses arts et de ses connaissances.


Certains mythes soulignent que Chiron a reçu des dieux le don de l'immortalité en récompense de la maîtrise qu'il avait acquise et de sa contribution au monde. D'autres mythes lui attribuent l'immortalité par droit de naissance, puisqu'il était le descendant d'un dieu (Cronos).


Il se trouve qu'après des années glorieuses, mais humble comme sage professeur qu'il était, Chiron fut frappé par une flèche d'Hercule contenant le poison de l'hydre.


L'acte d'Hercule n'était nullement volontaire, mais comme tant d'autres de ses actions, il était destructeur. Il est important de souligner la valeur de la force brute d'Hercule associée au désir et à la toute-puissance, côtés négatifs de l'action de la planète Mars. Hercule se battait avec les centaures, ivre d'un vin qu'on lui avait interdit de consommer, et Chiron, alerté du conflit, s'approcha avec l'intention de mettre fin au massacre, et fut injustement blessé.


Malgré toutes ses tentatives, Chiron, maître de l'art de guérir, ne parvint pas à cicatriser sa blessure. Le poison de l'hydre était très douloureux et la souffrance qu'il causait était insupportable, mais comme il était immortel, il ne pouvait pas mourir, et il était donc destiné à souffrir pour l'éternité.


Finalement, ce qu'il fit fut de donner son immortalité à Prométhée (archétype uranien) qui avait été puni pour avoir volé le feu des dieux pour le donner à l'humanité, afin qu'il puisse se libérer de la souffrance.


C'est l'origine de la formule "guérisseur blessé". Chiron, qui était passé maître dans l'art de guérir, ne pouvait être soigné.


Zeus plaça Chiron dans le ciel, sous la forme de la constellation du centaure, en souvenir de ses exploits et de sa maîtrise.



Constellation du Centaure

Le symbolisme derrière ce mythe est immense, riche et abondant. Un seul article ne suffira pas à extraire tout le savoir de l'histoire, mais nous essaierons d'en extraire l'essence.


Lorsque nous naissons, nous avons deux dieux. Papa et maman. Être abandonné par ces deux dieux est une brèche très profonde qui affectera profondément la volonté de vivre. C'est ce manque d'amour qui fera porter à Chiron sa croix : la responsabilité d'avoir ruiné la vie de sa mère, d'être responsable de sa triste fin et d'être un monstre qui n'a pas le mérite de ressentir l'amour ou d'être aimé. C'est cette même blessure émotionnelle profonde qui est à l'origine de la profonde humilité que Chiron a développée dans sa vie d'enseignant.


Cela étant dit, en quoi la blessure plutonienne diffère-t-elle de la blessure chironienne ?


Ce qui distingue l'une de l'autre a beaucoup plus à voir avec la manière dont nous y réagissons qu'avec son essence même. Le rejet, l'abandon, produisent de la douleur. Et comme mécanismes qui peuvent se manifester à la suite de cette douleur, la haine, la colère, l'envie, le ressentiment peuvent surgir. Ce sont des effets plutoniens, qui bien qu'ayant une certaine intensité peuvent bien sûr aussi se transformer en alliés puissants, après l'arrivée du pardon, de l'acceptation, de la résilience, ceci bien sûr après de longs processus de guérison. Un première différence a à voir avec le fait que Pluton développe l´instinct de survie, alors que Chiron s´oriente vers l´élévation de la conscience. Deux chemins différents pour arriver au même but.


Cependant, la différence fondamentale avec Chiron est qu'il a été abandonné, mais aussi adopté, pour ainsi dire, par Apollon et Artémis. C'est très important, parce qu'il y a eu une blessure, mais aussi une salvation, et c'est une différence très nette entre Pluton et Chiron. Avec Pluton, la blessure doit souvent s'envenimer suffisamment longtemps pour mettre en péril quelque chose d'assez important pour que l'on réagisse. Avec Chiron, la blessure initiale a été soignée bien avant qu'elle ne s'infecte.


C'est là que je veux en venir. Avec Pluton, la blessure s'infecte. Avec Chiron, elle ne s'infecte pas, mais le destin veut que ces protecteurs (parts de fortune) arrivent, qui sont part de l'énergie même de Chiron. Voici une information astrologique d'une grande importance : c'est là où nous avons cette blessure que nous trouverons aussi la résilience. C'est une composante très Poissons qui apparaît ici. Chiron développe une maîtrise dans l'art de la guérison parce qu'il sait ce qu'est la douleur. Il sait ce que signifie souffrir, et en tant que tel, cela lui donne l´authentique raison de vouloir aider, sauver et guérir les autres, à partir d'une motivation vocationnelle très profonde qui rayonne d'authenticité. Le fait que la plaie ne soit pas infectée ne signifie pas qu'elle cesse d'être une plaie. Toute blessure laisse une cicatrice. La difficulté est précisément de perdre de vue la blessure et d'oublier cette partie de nous-mêmes, car elle peut continuer à produire de la douleur dans la mémoire, dans le souvenir.


On parle beaucoup de guérison, mais la guérison est possible jusqu'à un certain point. On peut avoir beaucoup travaillé sur la question mais on ne peut jamais l'effacer de son histoire, de sa mémoire, de son être.


La blessure de Chiron produit un effet Poissons beaucoup plus qu'un effet Scorpion : nostalgie, tristesse, évitement, dépendance, déception de soi, confusion, dissolution, éventuellement addiction. Ainsi, la regarder en face, accepter qu'elle fasse partie de soi sera un travail essentiel qui permettra à Chiron de devenir cette clé qui ouvre la porte de l'authenticité du moi (rappelons que son symbole est la clé). C'est fondamental, irremplaçable, et pour cette raison même, l'ego devra tout faire pour baigner dans la douleur de la blessure sans la regarder, enfermant l'être dans sa position de victime. La maladie de l'évasion, la "victimitis" chronique, est bien pire que la blessure elle-même.


Il y a ensuite un autre facteur très intéressant. Chiron devient le maître des maîtres, non pas parce qu'il contribue à la répétition des enseignements qu'il a reçus, mais parce qu'il développe la capacité d'approfondir, de créer et de développer ce qu'on lui a enseigné, sans perdre de vue le niveau de cohérence émotionnelle auquel il est attaché. Voici une autre signification très importante que nous devons utiliser dans l'interprétation astrologique : la capacité d'être authentique et de créer quelque chose de très personnel à partir de son expérience. C'est la véritable maîtrise chironienne, qui est très différente de la maîtrise jupitérienne. Jupiter est un maître du savoir et transmet souvent sur la base d'idéaux, sur la base d'une compréhension "intellectuelle", "philosophique" qu'il a développée. Chiron enseigne sur la base d'une expérience de vie réelle, faisant l'alchimie entre l´acquis et le vécu, entre l´intellect et l´émotionnel.


Nous pourrions considérer Chiron comme ce pont qui synthétise la maîtrise sagittaire intégrant la réalité émotionnelle douloureuse du Scorpion, en se mettant au service inconditionnel de la vie à partir de la dévotion des Poissons. En fait, du point de vue astronomique, on peut voir comment Chiron porte l'expérience individuelle "intra-saturnienne" vers les horizons transpersonnels collectifs. Il découvre en lui quelque chose qu'il met au service du collectif.


En ce sens, j´inscris réellement Chiron comme ce point où nous avons le potentiel de manifester la maîtrise de notre être. Chiron représente, et symbolise, la maîtrise de l´être.


Pour y parvenir, il faut évidemment voir la douleur, identifier la blessure, la sentir, la reconnaître, l'accepter. On ne peut pas guérir sans voir et reconnaître la blessure.


La difficulté pour trouver Chiron est de passer derrière les couches protectrices de l'ego qui nous ont fait réagir aux devant des blessures pour nous "saturniser", c'est-à-dire de rester "entiers" au moment d´expérimenter la socialisation, la relation, la maturation et de faire face à la vie avec toutes ses composantes. Derrière l'évitement de cette blessure, qui a pu se produire à un moment donné, nous avons injecté une anesthésie pure pour pouvoir continuer à marcher, sans nous rendre compte que ce que nous avons fait en réalité, c'est amputer une partie de notre être. De nombreuses situations vont vivifier cette douleur, car de toute façon la partie qui porte cette cicatrice restera éternellement sensible. Quelconque situation dans laquelle un moindre mouvement viendra appuyer à cet endroit aura un effet particulièrement douloureux, mais ce sera aussi un rappel à l'humilité.


Une autre chose qu'il est important d'interpréter, un effet que produit la blessure de Chiron, c'est l'isolement. Chiron revient toujours dans sa grotte. C'est son refuge, à la fois son lieu de guérison, mais aussi ce lieu où il est en contact avec cette blessure qui le rend unique, à la fois sans racines et dans une profonde solitude, mais qui lui donne cette touche du mage qu'il est.


La grotte de Chiron nous rappelle la dimension chamanique et initiatique de l'expérience mystique. Qu'il s'agisse d'une quête de vision ou d'une retraite en pleine nature, le principe est le même. La retraite est un lieu de rencontre avec soi-même. Là où règnent la solitude et le silence, là où toutes les eaux cessent d'être agitées, c'est là où l'on peut se voir parfaitement reflété dans l'essence de l'être. D'une certaine manière, c'est quelque chose qui résonne à la fois avec le vrai thérapeute et le vrai guérisseur. C'est dans le besoin de guérir ses propres blessures que l'homme trouve sa vocation. C'est ainsi que le psychanalysé devient psychanalyste, le blessé devient guérisseur.




Chiron est à la fois médecin et prophète, chaman et psychothérapeute car il maîtrise la sagesse qui ne divise pas mais unifie, ne soustrait pas mais ajoute, où chaque partie est comprise et réalisée comme un fragment de la totalité. C'est une étape que tout enseignant doit comprendre pour découvrir son véritable art, y compris l'astrologue.


La blessure de Chiron peut s'être produite dans de nombreux domaines de la vie (maisons), sous de nombreuses formes (signes), en relation avec de nombreux contextes et personnes (aspects). Autant que l'on puisse imaginer, mais dans tous les cas, elle représentera une sorte de handicap pour l'individu. Il s'agit de quelque chose de très personnel, qui peut ou non être évident, reconnaissable. En général, il s'agit de quelque chose de très subtil. Par exemple, en aspect tendu à Mercure, il est possible que la façon de penser ou de communiquer de l'individu soit très particulière et ne soit pas acceptée par certains membres de son entourage proche, ce qui produit un rejet et une blessure à cet égard. Il se peut aussi que ce soit un lien de fraternité qui génère la rupture émotionnelle. Nous ne pouvons pas représenter toutes les possibilités, et comme nous le savons bien dans l'interprétation astrologique, il n'est pas commode de prescrire chacune des manifestations possibles parce que chaque thème est très spécifique à chaque individu et doit être interprété en fonction de la totalité et non pas de manière isolée. L'important est que cette difficulté, cette différence, ce soi-disant "handicap" aux yeux de la société, qui est façonné par une normalité illusoire, doit être pleinement acceptée par l'individu parce qu'il y a aussi un grand talent. Par exemple Mercure - Chiron peut avoir des difficultés à exprimer ses idées de façon rationnelle, mais il est certain que sa pensée englobera des domaines beaucoup plus intuitifs et existentiels qui ne seront pas faciles à communiquer. Il ne se rapprochera pas facilement de n'importe qui parce qu'il aura une perception tellement profonde de la personne bien avant de la rencontrer qu'il saura s'il veut s'en approcher ou non. Cela produit de l'isolement, mais du talent. Il peut aussi s'agir d'une personne qui bégaie à un moment donné de sa vie, ce qui génère un fort sentiment d'infériorité, mais aussi une puissante humilité où ce qui sera verbalisé par ailleurs aura une dimension sacrée. Là encore, les possibilités sont multiples, à chacun de trouver ce lieu de rétractation qui a donné lieu à une maturation intérieure d'une sagesse qui lui est propre.


Transits de Chiron

Ainsi, en plus de ces significateurs, Chiron va marquer dans notre thème des schémas liés à la douleur et à la maladie, qu'elle soit physique ou psychique, même s'il n'a pas de contact avec les maisons de la santé. La lecture dynamique de ses aspects reliant les maisons et les signes correspondants donnera des informations détaillées sur la capacité à guérir, la tendance à éviter, à ne pas vouloir affronter ou confronter, les personnes et les situations impliquées par rapport à cette souffrance qui peuvent impliquer l'abandon, le rejet, le handicap, le manque d'enracinement ou la confusion sur l'essence de ce que je suis. Il nous informera également sur notre capacité à enseigner, à maîtriser nos connaissances par rapport à l'intériorisation de notre apprentissage. Il nous dira où et comment nous avons tendance à exclure, à isoler et à nous retirer. Il nous parlera du don derrière l'intégration de cette essence, de cette authenticité. Chiron en relation avec le Soleil affectera la volonté de vivre et la légitimité d'avoir ce droit, avec la Lune l'enfance et la capacité de s'ouvrir à son monde émotionnel intérieur, etc.


Il est fréquent que là où se trouve Chiron, nous adoptions une position de victime, très lunaire et enfantine, en ne voulant pas reconnaître la blessure et la regarder en face. Cela se produit surtout lorsque Chiron est en Cancer ou en aspect à la Lune, mais même dans d'autres domaines, c'est un effet de l'isolement qu'il procure. La victime s'isole nécessairement, elle n'a pas la force d'agir ou d'aller de l'avant.


Chiron ne cherche pas la reconnaissance, souvenez-vous du symbole de la grotte. Il recherche l'authenticité de l'être. A ce titre, il est important de rappeler que beaucoup de personnes célèbres n'auraient pas forcément un Chiron en ASC ou angulaire, par exemple, car c'est justement la présence privilégiée de Chiron dans le thème natal qui a tendance à générer un besoin d'intériorisation très fort, et non à s'extérioriser en permanence comme c'est le cas chez les personnes reconnues. Néanmoins, on peut observer des thèmes très intéressants avec des positions proéminentes de Chiron, comme celui de Sadhguru, avec Chiron fortement positionné en Verseau dans la 9ème maison, carré aux nœuds et en trigone à Vénus, ou celui d'Osho dans la 12ème maison en trigone à Saturne, à la Lune et à Vénus, en sextile à Pluton et en carré à Jupiter. Nous pourrions détailler le Chiron de Wayne Dyer en Cancer dans la 4ème maison, sachant qu'il a passé son enfance jusqu'à l'âge de 10 ans dans un orphelinat, ou le Chiron d'Alejandro Jodorowsky dans la 12ème maison en conjonction partile à Jupiter, trigone à Neptune. Il y a beaucoup à observer, à analyser, et de nombreuses conclusions à tirer.


Si Chiron est un point si important dans le thème, et il l'est vraiment, c'est parce qu'il est comme une porte qui s'ouvre sur le courage de reconnaître quelque chose de très fragile, vulnérable et sensible que nous avons dû enfermer derrière quatre serrures au plus profond de notre être. Quelque chose qui ne me permettait pas de grandir. Quelque chose de dangereux pour mon intégrité. En tant qu'adultes, nous pouvons reconnaître ce quelque chose et en ouvrir la porte à l'aide de cette clé chironienne (le symbole même de Chiron est une clé, originellement considérée comme OK pour dire Kowal Object). Cette clé permet d'accéder à un autre niveau de conscience, car derrière l'acte courageux de regarder la partie la plus vulnérable, la plus sensible et la plus authentique de notre être, nous parvenons à franchir un seuil d'authenticité irréversible où le chemin parcouru est modifié. Il est important de se rappeler que nous ne voyons pas le monde tel qu'il est, mais tel que nous sommes. En ce sens, donner du pouvoir à ce Chiron est quelque chose qui modifie notre perception profonde de nous-mêmes et nous permet de donner du pouvoir au protagoniste de notre aventure, à savoir nous-mêmes, et en tant que tel, cela permet au chemin de devenir vrai. C'est un processus initiatique. Chiron produit un processus de transformation très profond.


Au niveau collectif, qu'apporterait Chiron ?


À l'époque de sa découverte - qui s'avère toujours être un profond reflet de l'énergie symbolique de la planète - il s'agissait d'un véritable moment de déploiement des médecines alternatives, des nouvelles médecines. Il y a eu une véritable renaissance des médecines ancestrales, des sagesses des peuples anciens, un apogée de la médecine alternative qui continue à se déployer à ce jour, où l'être ouvre sa conscience à une totalité beaucoup plus large, plus riche et plus authentique que la vision scientifique traditionnelle limitée, ou encore des idéologies religieuses étroites. Par ailleurs, Chiron est aussi en résonance avec l'écologie, la protection des animaux, l'écosystème. C'est autour de sa découverte que s'est manifestée l'attention portée aux dommages causés à l'environnement. Cependant, je pense que Chiron est plutôt un portail de conscience, et que sa manifestation est beaucoup plus discrète et interne et liée à un développement de la conscience collective, qui a à voir avec le spirituel, le transcendantal.


Quelles dignités pour Chiron ?


Rappelons-le, "chaque petit maître avec son petit livre". De mon point de vue, je pense que Chiron résonne profondément avec les Poissons. Il héberge une fonction très profonde, très mystique des Poissons, très proche de la sensibilité qui ouvre la porte des cieux. Il est également très lié au Sagittaire, à la fois pour des raisons mythologiques telles que la relation avec le centaure, et pour la capacité à maîtriser un savoir, à devenir ce sage enseignant. Dans un sens plus éloigné, il y a une certaine possibilité d'incorporer une grande sagesse à travers l'isolement, la solitude, le retrait, qui résonne de ce côté avec le Capricorne, mais pas suffisamment pour lui attribuer une quelconque dignité dans ce signe.


Je pense que Chiron pourrait trouver son exaltation dans le Scorpion. J'ai l'impression que c'est là que ses pouvoirs médicinaux et la profondeur de ses connaissances exaltent. C'est là que la douleur et la guérison se manifestent avec le plus d'intensité.


Autre chose ?


Un détail qui résonne en moi. Chiron a été découvert au 3e degré 50 minutes de Taureau. Le degré Sabian du Taureau de ce lieu exprime ce qui suit : "L'insaisissable pot d'or au pied de l'arc-en-ciel".


Une formulation majestueuse qui a, à mon avis, une résonance chironienne particulière. Il y a de nombreuses façons d'interpréter ce symbole. Pour moi, il signifie que la véritable valeur de la vie se trouve dans la connexion avec Dieu ou la plénitude. La véritable essence de l'être se manifeste dans l'alchimie entre la matière, le corps, symbolisé par le vase d'or, et l'arc-en-ciel, la plénitude de notre essence spirituelle. C'est un véritable rappel que le véritable trésor de la vie se trouve dans l'arc-en-ciel, symbole de la plénitude spirituelle. Ce symbole Sabian exprime la nature même de Chiron : une passerelle entre l´humain et le divin.


En ce sens, et conformément à la mort de Chiron, la maîtrise de l'être qu'il représente n'apporte pas nécessairement la gloire à la vie. En fait, elle ressemble beaucoup à celle du véritable chaman. Il parcourt son chemin discrètement, car il n'a rien à revendiquer et rien à demander, encore moins la reconnaissance ou la gloire d'avoir accompli quoi que ce soit. Chiron a été grand dans sa vie, et il est parti en toute humilité. Certes, sage comme il l'était, il ne pouvait concevoir la mort comme une chose négative, mais il comprenait sûrement très bien que l'heure était venue, ni plus ni moins. Il est évident que la flèche d'Hercule l'a touché, mais Chiron n'a pas manifesté de colère ou de rage, c'était simplement quelque chose qui devait arriver. Les maîtres disent qu'à la fin, on retourne à l'origine, ce qui résonne avec le symbolisme de la maison 4. C'est peut-être ce qui devait arriver à Chiron.


Enfin, au cas où ce ne serait pas clair, il est clair que Chiron a une place dans le contexte interprétatif de l'astrologie.



D'autres articles sur Chiron suivront, essayant de détailler son interprétation par signes, maisons, aspects, et selon ses transits, sa signification transgénérationnelle, sa relation avec l´éveil de la conscience et son lien à la capacité de résilience de l´être.





Comments


whatsapp ceia academia de astrologia
bottom of page